You are using an outdated browser. Upgrade your browser today to better experience this site.

Besoin d'aide ? Appelez-nous ou remplissez le formulaire de contact. | Nos filiales

Droit au but avec APOK

Jan Ceulemans et APOK, au cœur de l’action !

La légende du sport Jan Ceulemans soutient notre action APOK.

Jan, nos collègues et nos clients s’associent à nous pour soutenir nos Diables rouges au Brésil. En dépit de parcours différents, Jan Ceulemans et Roland Poedts ont tous deux vu leur carrière couronnée de succès. Tentons d’identifier les points communs, tant sur le plan sportif que professionnel, entre ces deux hommes qu’a priori tout sépare.

Après une carrière de footballeur bien remplie, vous êtes devenu entraîneur. Comment vivez-vous cette aventure ?

J.C. Dans un club de football, chaque membre forme le maillon d’une chaîne : des joueurs à l’entraîneur, en passant par les masseurs et les médecins. A l’instar d’une entreprise, nous disposons d’une équipe de commerciaux, de logisticiens, de comptables, de magasiniers... Bien entendu, c’est sur les joueurs et l’entraîneur que les regards sont tournés la plupart du temps. L’entraîneur doit pouvoir prendre au plus vite une décision judicieuse. Même si votre équipe joue un bon match, un but encaissé ou une carte rouge peut éroder l’esprit d’équipe. Il convient alors de changer rapidement de tactique. Et souvent, ça marche. Mais pas toujours... Il y a toujours une part de réussite, même lorsque l’on joue à son meilleur niveau.

En tant que directeur général, vous êtes l’entraîneur de toute l’équipe d’APOK. Comment vivez-vous cette aventure ?

R.P. Au fil des ans, je suis parvenu à mettre en place une solide équipe composée de collaborateurs passionnés. Tous ont contribué au succès d’APOK. Nous avons bien sûr connu des hauts et des bas. Mais le processus de croissance d’APOK s’est surtout accéléré au cours des dix dernières années. Des collaborateurs motivés, une politique rigoureuse, une certaine persévérance et un brin d’audace m’ont permis de concrétiser mes ambitions. Vous n’ignorez pas que notre entreprise est aujourd’hui une PME prospère comptant 26 filiales en Belgique. Voilà qui fait plaisir !

Quel regard portez-vous sur le début de votre carrière ?

R.P. Je suis entré au sein de la société créée par mon père. J’ai débuté au bas de l’échelle et j’ai gravi les échelons un à un. J’ai passé de merveilleuses années ! J’ai ensuite quitté mon poste d’ouvrier pour évoluer, tout comme APOK. La passion, la motivation et la qualité animaient APOK, autant de valeurs fondamentales dont nous nous prévalons aujourd’hui encore. Elles m’ont été précieuses dans le développement d’APOK. Nous avons accompli un beau parcours depuis le début. Grâce à notre équipe de collaborateurs passionnés, nous pouvons être confiants en l’avenir !

 

jan keulemans

J.C. Tout va tellement plus vite de nos jours, le rythme de prise de décision s’est accéléré. Le monde du football n’est pas épargné. Par le passé, les équipes disposaient de plusieurs années pour créer une équipe de haut niveau. C’est plus compliqué aujourd’hui. Certaines personnes ou entreprises investissent dans les clubs et attendent un retour sur investissement rapide. Dès que vous avez mis sur pied une équipe solide, de plus grands clubs vous achètent vos meilleurs joueurs. À mon époque, on avait encore le temps de mettre en place une équipe. Personnellement, j’attachais davantage d’importance à un environnement familier qu’à un salaire plus élevé dans un club étranger. Je décidais en toute conscience de jouer au sein d’une équipe durant plusieurs années. J’aime me sentir bien à un endroit, que ce soit en tant que joueur ou comme entraîneur.